Au pays du miel et du sang

Bien que je me sois promis de ne plus avoir d’attentes, j’étais inexplicablement attiré par la Bosnie-Herzégovine. J’ai adoré. Tout. Pourtant, ça avait assez mal commencé : gros orage à peine la frontière passée et une fois le temps calmé, mordu par un chien. Tout est oublié. Je vais quitter la Bosnie avec l’envie d’y revenir et beaucoup d’interrogations dans la tête.

Je ne connais pas grand-chose à ce pays, mais j’étais assez vieux entre 1992 et 1995 pour  comprendre que des atrocités s’y déroulaient et prendre part à quelques rassemblements où une petite dizaine de personnes disait l’importance de ne pas oublier ce conflit. Certains noms de villes évoquent quelque chose alors même que je n’ai jamais mis les pieds dans les Balkans : Sarajevo, Mostar, Tuzla, Banja Luka et bien sûr Srebrenica.

J’apprendrai à Sarajevo que Balkans veut dire « miel et sang » en turc. Du miel, il y en a partout, depuis que j’ai passé les montagnes en Croatie : partout des vendeurs ambulants, partout des ruches bigarrées. Du sang, celui de François Ferdinand d’Autriche a coulé le 28 juin 1914 à Sarajevo, faisant par la suite couler celui de millions d’autres personnes.

La Bosnie-Herzegovine est un pays de frontières ou de rencontres, c’est selon. En passant de Croatie en Bosnie, je vois pour la première fois depuis mon départ un minaret. Ils seront ensuite de plus en plus nombreux mais pas en remplacement des clochers : souvent, les deux coexistent. Les alphabets aussi coexistent, latin et cyrillique. La Bosnie est une fédération, je le découvre en passant ce panneau et serai rappelé durant tout mon voyage combien cette frontière n’est pas que virtuelle.

20180723_150651_HDR

La complexité du pays, je ne la découvre que petit à petit, mais à Sarajevo, en suivant un guide touristique, certaines pièces du puzzle se dévoilent et s’assemblent.

Sarajevo a le surnom de Jérusalem de l’Europe – pour le meilleur et pour le pire. À Sarajevo on boit du café turc en mangeant des viennoiseries, quelques mètres séparent la cathédrale de l’église orthodoxe, de la synagogue et de la mosquée, plusieurs mondes se rencontrent.

20180724_175915_HDR

20180725_193025

20180725_100605

20180725_094003_HDR-EFFECTS20180725_094105_HDR20180725_094130_HDR

20180725_104744

Le tour guidé de la capitale est entièrement axé sur la guerre. Avec le coin de rue où François-Ferdinand a été assassiné et avec les différents endroits où ont eu lieu des massacres pendant le siège de Sarajevo, en particulier le marché de Markale (je recommande très fortement la lecture de cette notice wikipedia).

20180725_185539

Le thème de la guerre est très présent en Bosnie au travers de nombreux mémoriaux, surtout pour la Deuxième Guerre mondiale et au travers de cimetières sur tout le territoire où les dates de décès sont contenues entre 1992 et 1995, comme dans ce cimetière musulman à côté duquel je loge à Sarajevo, dont les tombes couvrent les pentes de la ville. Les stigmates de la guerre sont également présents sur les murs de quelques immeubles, criblés d’impacts.

20180723_104013

20180723_104118_HDR

20180723_184215

20180724_115728

20180725_092610_HDR

20180725_204622-EFFECTS

20180726_090422_HDR20180726_090412_HDR20180726_085153

Pourtant, l’atmosphère n’est pas lourde à Sarajevo ou dans le reste de la Bosnie, bien au contraire. Les gens sont souriants, on me fait des signes d’encouragement sur mon vélo, les terrasses des cafés sont remplies, l’accueil est simple et sincère et on danse même dans la rue.

20180723_213406
Blazenko met in Jajce
20180726_074545
Mickey, host in Sarajevo

20180725_170810

La nourriture est partout, ce n’est pas de la grande cuisine, mais ça pourvoit aux besoins de manière abondante. Ćevapi (petits rouleaux de viande grillés), bureks, kebabs, pizzas, glaces, baklavas sont à tous les coins de rue. Comme disait le guide, il ne fait pas bon être vegan en Bosnie.

20180722_144326

IMG-20180722-WA0040

IMG-20180722-WA0048

20180723_205101

20180724_122808_HDR

20180725_082250

20180725_195552

20180725_201723

20180725_202624

20180726_200847

Les routes du pays ressemblent plus à celles d’un pays en voie de développement qu’à celles de nations industrialisées, avec la succession d’échoppes plus ou moins structurées, cette tendance au regroupement des vendeurs de biens similaires dans un même quartier et, malheureusement, les détritus qui jonchent les bas-côtés.

Difficile de deviner quelles sont les industries florissantes de la Bosnie. Tout au moins les carrières de pierres sont fréquentes ainsi que les scieries et les fabriques de palettes en bois. Le tourisme est en fort développement, à raison. Evidemment, il y a Sarajevo : les rues du centre historique sont idéales pour flâner ou discuter devant un café.

20180725_093001_HDR20180725_093250

20180725_100514_HDR20180725_114253_HDR

20180725_163759_HDR20180725_163902_HDR20180725_185411_HDR

20180725_094844

Mais au-delà de Sarajevo, la Bosnie a un riche patrimoine entre châteaux, forteresses, églises et catacombes.

20180722_191351_HDR

20180723_183457_HDR

20180723_183803_HDR

20180723_185327

20180723_185531

20180723_185702

20180723_185836_HDR

20180723_190024

20180725_112917_HDR-EFFECTS

Sorti des villes, la nature luxuriante et les nombreuses collines m’évoquent le Rwanda. Les chemins que j’emprunte ne sont souvent pas goudronnés et me permettent d’apprécier pleinement quand je ne suis pas en train de jurer contre les pentes glissantes et rocailleuses sur lesquelles je dois pousser mon vélo, en ne manquant pas de tomber dans les endroits les plus boueux (le temps n’est pas vraiment avec moi durant mon passage).

20180723_100659_HDR

20180724_091430_HDR

20180723_125718_HDR

20180724_113420_HDR

La nature de la Bosnie est sauvage, avec ses dangers. Le chien du gardien du parc national de l’Una me l’apprend à mes dépens (je n’avais rien fait !) et un panneau me le rappelle sur le chemin. Quand je demande au gardien du parc de me confirmer qu’il y a des ours, il me dit que oui et, goguenard, m’invite à pédaler le plus vite possible si jamais j’en croise un.

20180722_164254

Le vert omniprésent est lié à l’abondance des cours d’eau. L’Una, dont mes interlocuteurs prétendent qu’elle est la rivière la plus propre du monde, se décline en cascades dans le parc éponyme et Jajce, sur le bord d’un lac, est également traversée par de nombreuses cascades.

20180722_173911_HDR

20180722_174036

20180722_174152

20180722_174429_HDR

20180722_174656_HDR

20180723_083338_HDR

20180723_174104

20180723_180105

20180723_180221

20180726_12040520180726_124829

La Bosnie vaut définitivement une visite. J’espère que son avenir sera plus heureux que son passé récent. Le guide à Sarajevo n’était pas optimiste : la Bosnie compte 3 co-présidents (un Bosniaque, un Croate et un Serbe) et plus d’une centaine de ministres et de partis politiques.

Le trajet

Lundi 23 juillet

Total distance: 133.43 km
Total climbing: 1745 m

Mardi 24 juillet

Total distance: 138.7 km
Total climbing: 1755 m

Mercredi 25 juillet

repos

Jeudi 26 juillet

Total distance: 98.94 km
Total climbing: 1066 m

6 réponses sur “Au pays du miel et du sang”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.