Sur le rivage Egéen

On apprend beaucoup des voyages et on se prend à vouloir réviser son histoire. Les bords de la mer Égée sont riches de traces des empires qui se sont succédé. Reliant la mer de Marmara à la mer Égée, le détroit des Dardanelles est connu comme un lieu de bataille durant la Première Guerre Mondiale, mais je n’avais aucune idée que la ville de Çanakkale qui le surplombe fut le centre d’une non moins épique bataille, homérique, un siège de 10 ans, du temps où celle-ci s’appelait Troie… Que Troie soit situé dans la Turquie d’aujourd’hui m’est apparu comme une surprise.

D’ailleurs ce n’est que bien de kilomètres plus loin et après en avoir fait l’impasse, que nous nous en sommes aperçu, alors que nous arrivions à Izmir, troisième plus grande ville de Turquie, ancienne cité de Smyrne, qui aurait été fondé par les Grecs et un des lieux de naissance présumés d’Homère.

20180905_17572920180906_12325620180906_12332620180906_123341

 

Plus à l’ouest, c’est la présence non plus de la Grèce Antique mais de la Moderne qui se fait sentir, dans les rues d’Alaçati, ville construite par des ouvriers grecs qui avaient contribué à assécher les marais de la région pour la rendre plus salubre. Si dans beaucoup de villes de la côte Turque on retrouve des rues piétonnes bordées de terrasses où les hommes (peu de femmes si ce n’est des touristes) boivent le thé ou le café, Alaçati a cette particularité de faire immédiatement penser à la Grèce. Celle-ci est d’ailleurs si proche avec ses îles, qu’au point le plus occidental de notre périple, mon téléphone m’a mis sur un réseau grec.

20180908_164513_HDR

20180909_130029_HDR

Depuis Istanbul, Lionel m’a rejoint et nous partageons les expériences et les décisions, bonnes comme mauvaises.

20180905_21065520180905_21065920180905_210706

Les routes que nous avons suivies pour aller jusqu’à Izmir n’ont pas été des plus agréables. Le relief est plus vallonné que nous ne nous y attendions sans beaucoup à offrir en retour. Nous faisons quelques rencontres et certains paysages nous captivent, mais ils ne nous paraissent pas à la hauteur de nos efforts. D’autant que nous sommes touchés par une succession de crevaisons qui nous font perdre du temps que l’on aurait souhaité mettre à profit pour trouver l’endroit idéal pour dormir. Au moins cela attire-t-il quelques curieux avec qui nous pouvons échanger – l’un deux nous offrira même à boire (une bière !) et à manger.

20180901_18305020180902_16285120180902_162854_HDR20180903_181602_HDR20180903_18171920180904_08525020180904_12374620180904_151706

20180904_151806_HDR20180904_151749

20180902_14155320180904_11320120180904_12374620180904_15171120180904_183538

20180904_201255

Après Izmir, mes chambres à air semblent tenir le coup et mes pneus me protéger plus efficacement. Il m’a fallu du temps pour m’habituer à ceux-ci et ne plus avoir l’impression qu’ils collaient beaucoup trop à la route. Lionel de son côté a acheté de nouvelles chambres à air, anti-crevaisons et elles semblent faire leur office jusqu’à présent. Ainsi équipés, nous longeons la côte qui nous offre parfois de magnifiques points de vue et dormons ici dans le jardin d’un bar de plage et là, contraints par la fatigue, au sommet d’une péninsule (500 mètres quand même) après ne pas avoir su nous arrêter sur l’une des petites plages en recherchant toujours mieux. Une leçon pour le futur.

20180907_120214IMG-20180908-WA0000

IMG_20180906_200444_568IMG_20180906_200539_763

20180907_181001_HDR20180907_181003_HDR20180907_181010_HDR20180907_193124_HDR20180907_193147_HDRIMG-20180907-WA0009

20180907_192842

IMG_20180909_183848_660

La côte est belle et le devient de plus en plus, mais l’automne approche et nous souhaitons continuer vers l’est où nous espérons trouver plus de montagne et de vert (et un peu moins de chaleur). Nous avons donc décidé de ne pas descendre plus bas vers le sud (Bodrum, Marmarys, Antalya) mais après Ephèse d’aller vers le nord-est, en route pour la Cappadoce, la mer Noire puis la Géorgie.

Comme dernier point de passage à l’ouest, Ephèse est plus impressionnante que nous ne l’avions imaginé. Après avoir senti la présence Grecque, c’est celle de l’Empire romain dont témoigne le site. Au-delà de l’emblématique Bibliothèque de Celsus, c’est tout une cité qui s’ouvre à nous, avec son amphithéâtre, ses rues à colonnes et ses maisons en terrasses. L’ensemble est tellement beau que, fait exceptionnel, je ne me plains que 3 ou 4 fois de la longueur de la visite.

20180911_10123320180911_103647_HDR20180911_10372020180911_10373820180911_104100_HDR20180911_10422820180911_10424520180911_104621_HDR20180911_10581920180911_11020120180911_11020120180911_11001820180911_11020520180911_110219_HDR20180911_11022220180911_11022920180911_11033320180911_110404_HDR20180911_11074120180911_11130120180911_11291620180911_11461920180911_11471120180911_115031

Si vous souhaitez nous rejoindre pour quelques heures, jours ou semaines, n’hésitez pas à nous contacter !

Le trajet

1er Septembre

Total distance: 145.63 km
Total climbing: 490 m

Non, ce n’était pas une traversée en pédalo.

2 Septembre

Total distance: 93.22 km
Total climbing: 1471 m

3 Septembre

Total distance: 88.77 km
Total climbing: 940 m

4 Septembre

Total distance: 91.48 km
Total climbing: 1279 m

5 Septembre

Total distance: 98.48 km
Total climbing: 897 m

6 Septembre

Total distance: 54.75 km
Total climbing: 324 m

7 Septembre

Total distance: 78.06 km
Total climbing: 1462 m

8 Septembre

Total distance: 86.08 km
Total climbing: 1355 m

9 Septembre

Total distance: 73.91 km
Total climbing: 1075 m

10 Septembre

Total distance: 53.1 km
Total climbing: 614 m

11 Septembre

repos

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.