Entre lacs et plateaux en Anatolie

C’est grand la Turquie. Plus de 700 bornes au compteur depuis que nous avons quitté la côte et la prochaine frontière est encore à plusieurs jours, voire plusieurs semaines de distance. Nous ne sommes en revanche plus qu’à quelque 200 kilomètres de la Cappadoce, que nous attendons avec impatience puisqu’elle illustre chaque dépliant touristique pour la Turquie.

Le début du périple a été légèrement compliqué par mon idée saugrenue d’exécuter un salto par-dessus mon vélo devant des militaires hyper réactifs, ce qui m’a valu une côte fêlée et a donc fortement limité mes mouvements. Nous nous sommes néanmoins dirigés de bon train vers Pamukkale, autre site emblématique du pays. De la route je ne me souviens pas de grand-chose et aucun de nous n’a pris de photos, si ce n’est du nettoyage des vélos au tout début.

20180912_124710

Avant d’arriver à Pamukkale, la campagne est constellée de sources thermales et de nombreux tuyaux à très large section hors sol, dont nous n’avons pu que supputer la finalité (hydrothermie ?). Nous avons vu d’assez loin la masse blanche de Pamukkale sur les montagnes et à mesure que nous nous approchions, je devenais de plus en plus sceptique sur l’intérêt du lieu.

À tort ! Le lendemain matin, alors que nous gravissions le calcaire blanc arrosé d’une nappe constante d’eau qui baignait nos pieds, je ne pouvais que constater la beauté unique du lieu. Pour ajouter à l’intérêt de la visite, tout en haut, là où finit la couche blanche, un plateau commence où subsistent de très beaux vestiges de la cité de Hierapolis, bien moins visitée qu’Ephèse et pourtant tout aussi impressionnante à nos yeux, avec ses bains, son théâtre et sa nécropole de quelques centaines de tombes. Magnifique.

20180914_10544120180914_10564020180914_11000920180914_11011220180914_111129-PANO20180914_113403-PANO20180914_11380320180914_11380420180914_11493220180914_11493420180914_11513320180914_11313220180914_11574320180914_11581320180914_12064420180914_121701_HDR20180914_121725_HDR20180914_12185720180914_12185320180914_12200820180914_122509_HDR20180914_12340120180914_123936

De là, nous avons entamé le tour de la région des lacs : notre itinéraire a suivi les rives de quatre des plus grands d’entre eux, mais la région en compte de nombreux autres qui font la fierté des habitants. À chaque mention du Salda Golu, on nous indiquait que ça ressemble aux Maldives. Aucune idée je ne suis jamais aux Maldives, mais le lac est très beau avec du sable blanc et une eau transparente – nous n’avons juste pas testé la température de l’eau à 1000 d’altitude.

20180916_125339

20180917_18534720180917_185424

20180918_10355120180919_08084620180919_084146_HDR20180919_11301320180919_113232

De manière inattendue, la route est très agréable la plupart du temps. Et si nous devons franchir de nombreux monts, les plateaux immenses et entourés de montagnes sont ce qui me frappe le plus. Pendant des kilomètres, nous roulons sur du plat et nous pourrions facilement oublier que nous sommes déjà à mille mètres d’altitude. Ces immenses cuvettes à fond plat, quand elles ne forment pas des lacs, sont cultivées pour des céréales (blé, maïs), parfois à grand renfort de canaux d’irrigation, mais nous voyons également de grands vergers dans lesquels s’activent de nombreux ouvriers pour récolter les pommes toutes mûres. Le tout donne un paysage dont nous nous délectons, tout en horizontalité.

20180916_163537_HDR-PANO20180917_160747-PANO20180917_12251920180918_105333-PANO20180918_142301-PANO20180919_065104-PANO20180919_080844-PANO20180920_103223-PANO

Sur le chemin, nous avons fait plusieurs rencontres, plus ou moins fugaces, là on nous offre du raisin, là des pommes, ici du café, ou encore cette femme à laquelle nous voulons acheter du pain et qui nous en donne avec assez de galettes pour deux repas.

20180916_120639

20180920_114857

Nous avons peu dormi sous un toit en dur, le temps est devenu petit à petit plus doux même si la chaleur reste intense en journée. Dans les jours qui viennent, alors que nous allons continuer à nous diriger vers l’est et à prendre de l’altitude, il est probable que le temps se fasse beaucoup plus frais, si ce n’est très froid. Nos étapes et notre trajet devront prendre ce paramètre en considération. Pour l’instant une seule chose est plus ou moins sûre, nous allons vers l’orient et avant cela profitons d’une journée de repos à Konya, l’une des plus grandes villes du pays.

20180915_154423_HDR20180915_175205

20180920_202545

Le trajet

Mercredi 12 septembre

Total distance: 105.58 km
Total climbing: 712 m

Jeudi 13 septembre

Total distance: 96.57 km
Total climbing: 698 m

Vendredi 14 septembre

repos

Samedi 15 septembre

Total distance: 63.31 km
Total climbing: 1609 m

Dimanche 16 septembre

Total distance: 85.53 km
Total climbing: 812 m

Lundi 17 septembre

Total distance: 106.69 km
Total climbing: 1032 m

Mardi 18 septembre

Total distance: 100.47 km
Total climbing: 1232 m

Mercredi 19 septembre

Total distance: 101.07 km
Total climbing: 1027 m

Jeudi 20 septembre

Total distance: 74.08 km
Total climbing: 901 m

Vendredi 21 septembre

repos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.